À propos


Une teinturière indépendante de plus ? Pas vraiment ou alors vraiment très très très  indépendante, puisque le fil n'est pas acheté mais produit à partir des toisons de brebis locales.

Après avois quitté un emploi dans l’industrie, je me recentre sur ma petite ferme où j’élève des brebis Clun Forest. L’été je fais la bergère sur un alpage de Chartreuse où je garde 1500 mérinos d’Arles. Un troupeau transhumant d’éleveurs Isérois qui transhument encore à pied des plaines du bas Dauphiné vers la Chartreuse.
Il y a quelques années, je découvre le filage avec les toisons de mes brebis, puis le tricot, puis la teinture. Peut être rattrapée par mon passé de scientifique, je décide de développer une activité de teinture.

Il est hors de question que j’utilise des fibres et des fils importés de l’hémisphère sud, pour moi ça n’a pas de sens à l’heure actuelle et va à l’encontre de mes valeurs.

Je souhaite utiliser au maximum les ressources que j’ai autour de moi, je veux connaitre chaque brebis et garantir une traçabilité complète. Je récolte donc les toisons mérinos des troupeaux que je garde, j’ai à cœur de rémunérer correctement les éleveurs. Les brebis élevées en système extensif vivent en plein air, elles sont tondues juste avant l’agnelage lorsqu’elles rentrent en bergerie, elles produisent ainsi de superbes fibres.

Avec des fibres de cette qualité je choisis l’option du peignage qui mettra bien en valeur la rondeur et la douceur des fibres. Les toisons sont lavées en France à Saugues, peignées en France à Linthal puis filées en Italie et en Grande Bretagne car il n’y a pas de filature de fil peigné en France.

Les fils ne sont pas traités, ni mélangées à d’autres fibres, ils sont teints à la main dans mon atelier.